Promouvoir l'égalité des genres dans le contexte de la crise sanitaire mondiale : un besoin incontournable lié à la prévention et à l'élimination du travail des enfants

Lundi, Mars 08, 2021

.

Les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire du COVID-19 ont eu un impact énorme sur les pays à revenu faible et intermédiaire, provoquant plus de pauvreté, d'insécurité alimentaire et exacerbant les niveaux de discrimination, d'inégalité et de violence sexiste dans le monde. Cela a un impact direct sur les familles et leurs revenus, ainsi qu'une plus grande vulnérabilité au travail des enfants.

Avant la pandémie, selon l'OIT, on estimait que 152 millions d'enfants et d'adolescents étaient astreints au travail des enfants dans le monde, 64 millions de filles et 88 millions de garçons. En Amérique latine et aux Caraïbes, on en compte 10,5 millions et, bien que les chiffres indiquent une plus grande présence de garçons que de filles dans le travail des enfants, des études menées par l'OIT montrent que les filles et les adolescentes sont celles qui y sont les plus exposées. , les emplois non commerciaux et invisibles tels que le travail domestique, et souvent clandestins, qui ne peuvent être formellement enregistrés dans les statistiques (OIT, 2020 ; OIT, 2017a).

Un avenir égal exige des filles et des garçons libérés du travail des enfants, qui puissent s'instruire et jouir pleinement de leurs droits

Avant COVID-19, ONU Femmes soulignait que 32 millions de filles dans le monde n'allaient toujours pas à l'école, et aujourd'hui l'UNESCO prévient que « plus de 11 millions de filles dans le monde pourraient ne pas retourner à l'école après la crise. [1] 

Dans ce cadre, on estime que la crise actuelle à court et à long terme affecte beaucoup plus les filles et les adolescents, car sans éducation de base, ils perdront leurs futures opportunités d'emploi et leurs perspectives de vie, perpétuant le cycle de pauvreté et d'exploitation d'une génération. de femmes à l'autre, surtout dans une région où la majorité des ménages monoparentaux sont dirigés par des femmes.

De plus, en raison des conditions d'exclusion sociale, les filles et les adolescentes courent un plus grand risque d'exploitation, principalement à des fins sexuelles. Selon le Rapport mondial sur la traite des personnes 2020, de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), en Amérique latine, la grande majorité des victimes de la traite sont des filles et des femmes : 69 % de femmes, 5 % de filles, 25 % d'hommes et 1% de garçons. 

Pour sa part, « en Amérique centrale et aux Caraïbes, la majorité des victimes détectées en 2018 sont également des filles et des femmes, ce qui équivaut à 79 % du total des victimes de la traite dans la sous-région. La traite des filles, qui représente 40 % de toutes les victimes, est l'une des plus importantes au monde. » [deux] 

Le rapport souligne que les trafiquants s'attaquent aux personnes les plus vulnérables, telles que les migrants et les chômeurs, de sorte que la récession induite par le COVID-19 pourrait augmenter le risque pour les filles et les femmes.

Perspective de genre - Leadership des femmes

En el marco del Día Internacional de la Mujer, la Iniciativa Regional América Latina y el Caribe Libre de Trabajo Infantil (IR) muestra su compromiso impulsando su Estrategia de Género, con el objetivo de contribuir con la consecución de la igualdad como requisito para el desarrollo de la région. Pour y parvenir, il est nécessaire de développer des mesures spécifiques qui contribuent à atténuer les inégalités existantes fondées sur le genre, qui touchent tout le monde mais sont particulièrement affectées par les femmes, les adolescentes et les filles. Pour lui« Il cherche à intégrer la perspective de genre en tant que stratégie pour atteindre l'égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes, afin que les femmes et les hommes puissent influencer et participer au processus de développement, et en bénéficier, sur un pied d'égalité. [3] 

Garantir les droits des femmes dans la riposte à la pandémie de COVID-19 implique d'intégrer les perspectives des femmes et des filles dans la formulation et la mise en œuvre des politiques et programmes dans toutes les sphères et étapes de la riposte, ainsi que dans le relèvement post-pandémie. Pour avoir cet espace dans cette crise sanitaire ou dans d'autres, où les femmes exercent leur leadership et promeuvent un monde plus égalitaire, nous devons aujourd'hui sauver les filles et les adolescentes du travail des enfants et du travail dangereux.

En ce 8 mars, l'IR ajoute sa voix pour promouvoir des actions en faveur de l'éducation des filles et des adolescentes. Les avancées dans ce domaine affecteront non seulement plusieurs générations, mais contribueront également à la conception de politiques et d'actions spécifiques visant à prévenir, protéger et restaurer les droits des enfants et des adolescents pour un avenir plus égalitaire.

 

 


Il n'y a pas encore de commentaires.

Commentaires