Le travail des enfants n'est pas une activité économique quelconque exercée par les garçons, filles et adolescents (comme l'aide familiale ou l'enseignement accompagné), mais une réalité difficile qui restreint leurs droits :

  • Il porte préjudice à leur développement mental, physique, social et moral, tant aujourd'hui qu'à l'avenir.
  • Il interfère avec leur scolarité et les empêche d'assister aux cours ou de se concentrer.
  • Il se reproduit généralement de génération en génération.
  • Il peut inclure les pires formes de travail des enfants, comme l'esclavage ou la traite d’êtres humains.
  • Dans ses formes dangereuses, il les expose à des environnements peu sûrs et insalubres qui peuvent causer la mort, des blessures, un handicap ou une maladie.

Le nombre de filles et garçons qui travaillent en Amérique latine et les Caraïbes a considérablement diminué au cours des deux dernières décennies. Cependant, nous avons encore 10,5 millions de garçons, filles et adolescents qui travaillent, dont 6,3 millions réalisent des activités dangereuses

Cette situation pourrait être exacerbée par la crise déclenchée par le COVID-19, qui pourrait entraîner une augmentation de plus de 300 000 filles et garçons qui travaillent dans la région, selon l'OIT-CEPALC

Le retour en arrière n'est pas une option.

Qui sont ces filles et garçons qui travaillent ?

Les garçons, filles et adolescents engagés dans la production économique qui n'ont pas atteint l'âge minimum d’admission à l’emploi établi dans la législation nationale de chaque pays conformément aux réglementations internationales.

Les garçons, filles et adolescents entre 5 et 17 ans qui réalisent des activités dangereuses déterminées par la législation nationale de chaque pays conformément aux réglementations internationales.

Les garçons, filles et adolescents âgés de 5 à 17 ans qui sont victimes des pires formes de travail des enfants, y compris l'esclavage, la traite d’êtres humains mineurs, la servitude pour dettes et d'autres formes de travail forcé telles que le recrutement forcé d'enfants en vue de leur utilisation dans des conflits armés, l'exploitation sexuelle commerciale et la pornographie, et l'utilisation d'enfants pour commettre des délits.