L'Amérique latine et les Caraïbes s'éloignent de l'objectif d'élimination du travail des enfants en raison de la pandémie

Vendredi, Juin 11, 2021

PANAMA  - LIMA, le 11 juin 2021 - La pandémie de COVID-19 neutralise les efforts déployés par les pays d'Amérique latine et des Caraïbes pour atteindre l'objectif d'éliminer le travail des enfants d'ici 2025, ont averti aujourd'hui l'OIT et l'UNICEF.

Dans une région durement touchée par la pandémie, les fermetures prolongées d'écoles et l'augmentation de la pauvreté parmi les familles les plus vulnérables poussent davantage d'enfants d'Amérique latine et des Caraïbes au travail des enfants, après des années de réduction.

Le nouveau rapport OIT-UNICEF (2021) estime que 8,2 millions d'enfants âgés de 5 à 17 ans travaillent en Amérique latine et dans les Caraïbes. La plupart de ces enfants sont des adolescents et 33 % sont des filles. Le travail des enfants est présent à la fois dans les zones rurales et urbaines, et 48,7% se trouve dans le secteur agricole. Un peu moins de 50 % de ceux qui participent au travail des enfants le font dans le cadre du travail familial.

Plus de 50 % des enfants effectuent des travaux dangereux, c'est-à-dire dangereux pour leur santé, leur éducation et leur bien-être. Le travail des enfants est une triste réalité pour trop d'enfants dans cette région.

« La combinaison des pertes d'emplois, de l'augmentation de la pauvreté et des fermetures d'écoles est une tempête parfaite pour la prolifération du travail des enfants. L'abandon de l'école et l'entrée sur le marché du travail réduisent prématurément les chances d'obtenir de meilleurs emplois à l'avenir. , perpétuant le piège de la pauvreté, ", a déclaré Vinícius Pinheiro, directeur régional de l'OIT pour l'Amérique latine et les Caraïbes. "Il est vrai qu'il y a eu des progrès au cours des deux dernières décennies dans la région, mais les chiffres sont encore trop élevés, et la crise sociale et économique causée par la pandémie pourrait provoquer un revers dramatique si elle n'est pas rapidement mise en œuvre."

"Le dialogue social et la coopération internationale sont essentiels pour une réponse qui inclut des mesures de protection sociale, une éducation plus abondante et de meilleure qualité, le renforcement de l'inspection du travail et un travail décent pour les parents."

Malgré la diminution de 2,3 millions du travail des enfants dans la région de l'Amérique latine et des Caraïbes entre 2016 et 2020, on estime que la crise causée par la pandémie pourrait inverser cette tendance positive.

Le nombre d'enfants dans les ménages à faible revenu a augmenté en raison de la perte d'emploi et de revenus des familles, et les familles peuvent se tourner vers le travail des enfants comme mécanisme de survie. Selon l'OIT et la CEPALC, cette pratique pourrait augmenter entre 1 et 3 points de pourcentage, soit entre 100 000 et 326 000 enfants de plus. [1]

« Étant donné que de nombreuses écoles restent fermées et que les familles appauvries confinées ont perdu des revenus pendant des mois et des mois, nous voyons de plus en plus d'enfants d'Amérique latine et des Caraïbes abandonner l'école et entrer dans le travail des enfants. Les plus à risque sont les familles qui ont perdu leurs revenus et leurs moyens de subsistance », a prévenu Jean Gough, directeur régional de l'UNICEF pour l'Amérique latine et les Caraïbes. La pandémie a rendu cet objectif de plus en plus difficile à atteindre. Davantage d'enfants à travers la région sont susceptibles de tomber dans le travail des enfants dans les mois à venir, à moins que les familles ne soient rapidement aidées. »

Le travail des enfants blesse les garçons et les filles physiquement et mentalement. Le travail des enfants compromet l'éducation, restreint leurs droits et limite leurs opportunités futures, conduisant à des cycles intergénérationnels vicieux de pauvreté et de travail des enfants.

En cette Journée mondiale pour l'abolition du travail des enfants, l'Organisation internationale du travail et l'UNICEF appellent à une augmentation des dépenses consacrées aux services publics tels que la protection sociale ; l'accès universel à une éducation gratuite et de qualité et la réouverture des écoles en toute sécurité ; travail décent pour les adultes et les jeunes en âge légal de travailler ; un retour au travail des enfants dans l'agriculture ; que des lois soient promulguées pour mieux protéger les enfants, qu'elles soient effectivement appliquées et que des systèmes complets de protection de l'enfance soient mis en place là où ils n'existent pas.

À propos de l'OIT

L'Organisation internationale du travail (OIT) se consacre à la promotion de la justice sociale et des droits de l'homme et du travail internationalement reconnus. Seule agence « tripartite » des Nations Unies, l'OIT rassemble les gouvernements, les employeurs et les travailleurs de 187 États membres pour établir des normes du travail, formuler des politiques et développer des programmes promouvant le travail décent pour tous.

proximité de l' UNICEF L'    
UNICEF intervient dans certains des endroits les plus difficiles pour atteindre les enfants et adolescents les plus défavorisés. Dans 190 pays et territoires, nous travaillons pour tous les enfants, partout, dans le but de construire un monde meilleur pour tous.

Pour plus d'informations veuillez contacter :    

Luis Cordova, OIT Amérique latine et Caraïbes, cordova@ilo.org +51 989301246

Marisol Quintero, UNICEF Amérique latine et Caraïbes, mquintero@unicef.org + 507.6569-2718  

 
[1] La pandémie de COVID-19 pourrait augmenter le travail des enfants en Amérique latine et dans les Caraïbes. Note Technique N°1

 

Commentaires

fbfb Avatar

fbfb il y a 3 semaines

fbfbfb