Les adolescents et les jeunes d'Amérique latine et des Caraïbes disent non au travail des enfants

Jeudi, Juin 17, 2021

Des adolescents et des jeunes de la région se sont réunis pour faire connaître, à travers de nouvelles formes de communication comme TikTok, les défis auxquels ils sont confrontés dans le contexte de la pandémie et leur vision de l'avenir du travail.

Dans le cadre de la Journée mondiale contre le travail des enfants, l'Amérique latine et les Caraïbes ont rejoint la campagne mondiale avec un événement virtuel intitulé « #ChallengeAccepted : les adolescents et les jeunes confrontés au travail des enfants », organisé par l'Initiative régionale Amérique latine et Caraïbes sans Travail des enfants et Bureau de l'Organisation internationale du travail (OIT) pour le Brésil.

La réunion a réuni des représentants d'organisations de jeunesse de la région, tant rurales qu'urbaines, et d'autres acteurs impliqués dans la lutte contre le travail des enfants, dans le but de rendre visible et de réfléchir sur l'importance de prendre en compte leurs expériences, engagements et propositions pour faire face défis présents et futurs pour l'éducation et le travail, et ainsi progresser vers la réalisation de l'objectif 8.7 de l'Agenda 2030, qui s'engage à mettre fin au travail des enfants au cours des quatre prochaines années.

Noemi Rosales, membre de l'Association civile Crecer Juntos et ancienne enfant travailleuse de Tucumán, en Argentine, a déclaré que « lorsqu'on est pauvre, les rêves changent pendant l'adolescence et la jeunesse. On passe du rêve d'un métier au rêve d'avoir au moins la sécurité d'un logement et de pouvoir lutter contre la faim ». Dans ce sens, il a rappelé que « l'accompagnement et l'écoute » sont deux outils qui peuvent changer la vie des garçons et des filles qui vivent une situation de vulnérabilité qui les pousse à travailler dès leur plus jeune âge.

Pour sa part, Henry Pilco, promoteur communautaire du programme sur le travail des enfants du Development and Self-Management Center-DYA, de la Marche mondiale contre le travail des enfants, et ancien enfant travailleur de Quito, en Équateur, a insisté sur le fait que le travail des enfants n'est pas un jeu qui met en danger l'éducation et la sécurité des enfants et des adolescents. Et il a rappelé aux adolescents et aux jeunes qu'ils peuvent faire la différence s'ils s'impliquent dans la cause.

L'événement a également comporté la participation de Vinicius Pinheiro, directeur régional de l'OIT pour l'Amérique latine et les Caraïbes, qui a souligné que la situation actuelle est complexe. Il a souligné que la perte d'emplois, la baisse des revenus, l'augmentation de la pauvreté et l'amplification des inégalités dues à la crise ont un impact sur les enfants, les adolescents et les jeunes dans tous nos pays, qui, selon les récentes estimations mondiales de travail des enfants de l'OIT-UNICEF, a permis de réduire le nombre d'enfants et d'adolescents qui travaillent jusqu'à avant la pandémie, de 10,5 millions en 2016 à 8,2 millions début 2020. Un chiffre qui pourrait être inversé dans une région durement touchée par le COVID -19 à différents niveaux.

De même, des représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs d'Amérique latine et des Caraïbes se sont joints à cet événement à travers la vidéo « Voix du monde du travail ». Du Brésil, Ana Maria Villa Real, procureur du travail et coordinatrice nationale de la coordination du ministère public du travail ; du Mexique, Luisa Alcalde, secrétaire du Travail et de la Sécurité sociale ; du Paraguay, Carla Bacigalupo, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale ; du Suriname, Rishma Kuldipsingh, ministre du Travail, des Opportunités d'emploi et de la Jeunesse et ; d'Uruguay, Pablo Mieres, ministre du Travail et de la Sécurité sociale. Les organisations d'employeurs étaient représentées par Carla Caballeros, directrice exécutive de la Chambre d'agriculture du Guatemala; et les organisations de travailleurs étaient représentées par Jordania Ureña,

La réunion était divisée en trois blocs avec trois représentants des jeunes pour chacun d'eux ; le premier - faisant référence à des études menées pendant la pandémie - comprenait la participation d' Andrey Nascimento da Silva, un jeune militant du Réseau national des adolescents et des jeunes du Forum national pour la prévention et l'éradication du travail des enfants au Brésil ; Guadalupe Díaz Labra , membre de la Campagne pour le droit à l'éducation du Mexique ; et Paulocesar Santos Moreno , membre de la Campagne pour le droit à l'éducation du Pérou ; Le deuxième bloc -faisant référence aux expériences des jeunes pendant les mesures de confinement- a eu la participation de Vívian Silva Guedes Siqueira, représentant du Réseau national des adolescents et des jeunes du Forum national pour la prévention et l'éradication du travail des enfants au Brésil ; Jazmín Elena Alfaro , membre du Réseau salvadorien pour le droit à l'éducation ; et Karen Mosqueira , représentante des anciens élèves des écoles d'agriculture du Paraguay ; Enfin, le troisième bloc -faisant référence aux perspectives sur la post-pandémie et l'avenir du travail- comprenait la participation de Sergio Cabrera Calvache , membre de la Better World Foundation of Colombia, Ana Lícia Felipe Bezerra Luz , membre du Comité d'État de Adolescents pour la prévention et l'éradication du travail des enfants au Brésil ; et Henry González Guevara, membre de l'Organisation Contra-Peso du Panama.

« ChallengeAccepted : adolescents et jeunes face au travail des enfants » s'est démarqué par la créativité avec laquelle chaque représentant des jeunes a abordé ces questions et leur lien avec le travail des enfants si les mesures nécessaires ne sont pas prises dès maintenant.

Parmi leurs propositions, ils ont souligné que les réponses à la crise prennent en compte l'investissement dans l'éducation, inclusive et de qualité, pour se qualifier, profiter des opportunités et accéder à des emplois décents. De plus, ils nous ont rappelé que nous devons tous assumer la responsabilité de lutter pour une région sans travail des enfants.

Ana López Castelló, coordinatrice du Secrétariat technique de l'Initiative régionale, a souligné que les adolescents et les jeunes de la région ont un leadership et un engagement forts en tant qu'agents de changement social pour la région.

8,2 millions de garçons, filles et adolescents âgés de 5 à 17 ans travaillent en Amérique latine et dans les Caraïbes. 5,5 millions effectuent des travaux dangereux.

Source : Estimations mondiales du travail des enfants, OIT - UNICEF 2021

En ce sens, pour qu'il n'y ait plus d'histoires comme celles de Noémi et Henry, il faut parier sur l'inclusion des adolescents et des jeunes dans la conception des propositions, notamment pour la transition école-travail et l'entrée dans le monde du travail. 

En 2021, l'Année internationale pour l'abolition du travail des enfants, y compris les voix et les capacités de ce secteur de la population dans la lutte contre le travail des enfants est encore plus importante pour maintenir le taux de réduction, en particulier dans le contexte de la santé et de l'économie crise à laquelle les pays sont confrontés. Il est urgent de compter sur l'engagement et l'action de toutes et tous pour construire des sociétés plus inclusives et prospères.

 

Revivez l'événement ici .

Découvrez les nouvelles estimations mondiales sur le travail des enfants ici .

Commentaires

dvdv Avatar

dvdv il y a 3 semaines

dvdv